Joueur

Principaux joueurs (avant les années 80)

(dernière mise à jour janvier 2008)

Du début du vingtième siècle à la chute de la fin des années 60, le Racing a compté dans ses rangs une multitude de grands joueurs, surtout à l'époque du RC Paris qui était célèbre pour ses nombreuses vedettes françaises et internationales. Voici quelques infos sur certains d'entre eux, dont les noms rappelleront des souvenirs nostalgiques aux plus anciens des supporters. N'ayant pas connu ces époques pour ma part, je ne peux donner des commentaires qu'à partir de ce que j'ai pu lire : les appréciations sur leur style de jeu ne viennent que de là...

Cette page sera complétée régulièrement au fil des informations que je trouverai, et bien entendu il y manquera toujours de nombreux noms...

[Avant 1930] [Années 30] [Années 40] [Années 50] [Années 60] [Années 70]

(rubriques associées : joueurs de A à Z pour une liste de centaines de noms ayant porté le maillot ciel et blanc, principaux joueurs du passé - depuis 1980 pour plus d'infos sur les plus récents, sélections équipe de France pour la liste des joueurs ayant porté le maillot bleu alors qu'ils évoluaient au Racing, et archives par saison pour la description des effectifs par année, et les stats des joueurs).

Avant 1930

(première mise à jour du 01/06/06 - les années indiquées entre parenthèses représentent uniquement la période où les joueurs portaient le maillot de l'équipe A)

Pierre Allemane (1902-1909) : demi-centre de classe ayant fait sa carrière dans quatre clubs parisiens (Passy, Club Français, Racing, CASG), il a été des quatre finales USFSA du Racing entre 1902 et 1908, et donc du titre de champion 1907. Il est surtout le premier joueur ciel et blanc à avoir été sélectionné en équipe de France, en 1904.

[retour haut de page]

Années 30

(mise à jour du 07/07/06 - les années indiquées entre parenthèses représentent uniquement la période où les joueurs portaient le maillot de l'équipe A)

Manuel Anatol (1929-1935) : arrière costaud venu d'Espagne, où il a joué à Bilbao et au Real Madrid, mais a aussi été champion d'athlétisme. Arrivé au Racing en 1929, il en devint le meilleur défenseur dans les années 30. Il fut également international français, après avoir été naturalisé. A d'ailleurs marqué un coup-franc de plus de 50 mètres avec le maillot bleu, contre la Suisse en 1930.

Emile Veinante (1929-1940) : attaquant ayant passé 10 ans au RC Paris, après une fidélité de la même durée au FC Metz. Surnommé "Mimile", il possédait une technique hors-norme (qui excellait sur les corners) et une intelligence de jeu extraordinaire, qui firent aussi de lui le cerveau de l'équipe de France sur le terrain. A également entraîné le Racing après avoir raccroché les crampons.

Rudi Hiden (1933-1940) : gardien de la grande équipe d'Autriche du début des années 30, est venu au Racing en 1933 et a gardé les buts ciels et blancs jusqu'en 1940. Athlétique et souple, c'était une vedette de l'époque... avec les caprices qui vont avec ! Il lui est arrivé notamment de refuser de jouer plusieurs mois au Racing pour obtenir un meilleur salaire. Il était toutefois sans conteste une des pièces maîtresse du club avant-guerre. A connu également (un peu) l'équipe de France après avoir été naturalisé.

Auguste (Gusti) Jordan (1933-1948) : autrichien naturalisé français quatre ans après son arrivée au Racing (a joué auparavant au Linz AC) et qui a porté le maillot bleu ensuite. Avant-centre initialement, il est redescendu sur le terrain, pour devenir un défenseur de grande valeur. A fini sa carrière en amateur à Caen, avec qui il a recroisé la route du Racing en coupe de France 48-49. Il a ensuite entamé une carrière d'entraîneur, qui l'a amené à prendre en main le Racing dans les années 50.

[retour haut de page]

Années 40

(mise à jour du 07/07/06 - les années indiquées entre parenthèses représentent uniquement la période où les joueurs portaient le maillot de l'équipe A)

Ernest Vaast (1944-1952) : surnommé "Nénette", a rejoint le Racing après avoir débuté à Levallois. Une technique exceptionnelle et un buteur très efficace de l'équipe de France d'après-guerre (10 buts en 15 matches). A marqué 34 buts avec le Racing en D1 pendant les saisons 46-47 et 47-48. A été ensuite en conflit avec le club car il voulait partir au Servette, mais il est revenu au Racing après plusieurs mois puis est encore resté plusieurs saisons.

Roger Quenolle (1944-1952) : attaquant au tir percutant, repéré par Veinante au Vésinet, a été après la guerre un des symboles de la politique de recrutement régional du Racing. A plus tard été entraîneur de St-Germain, et de Poissy.

[retour haut de page]

Années 50

(première mise à jour du 21/06/06 - les années indiquées entre parenthèses représentent uniquement la période où les joueurs portaient le maillot de l'équipe A)

René Vignal (1947-1954) : meilleur gardien français dans les années 50, après la retraite de Darui (son modèle). Possédait un style spectaculaire et était adepte des sauvetages desespérés, dans un style l'exposant d'ailleurs à de fréquentes blessures.

Thadée Cisowski (1952-1960) : le meilleur avant-centre de l'histoire du Racing ? D'abord destiné au travail dans la mine comme son père, fut repéré par le FC Metz à 20 ans, avant de rejoindre le Racing. Il a alors été plusieurs fois meilleur buteur du championnat avec des totaux supérieurs à 30 buts. Est recordman du nombre de buts marqués en un match avec l'équipe de France (5 buts), mais il n'a malheureusement pas pu participer à la Coupe du Monde 1958... au cours de laquelle Just Fontaine en a profité pour établir son record de buts en phase finale.

Yeso Amalfi (1952-1955) : attaquant brésilien arrivé en 1952. Voyageur dans l'âme, avait joué auparavant à Sao Paulo, Bocca Junior, Montevideo, Nice, et Torino. Technicien exceptionnel et génial, c'était une star sur le terrain... et en dehors ! Un attaquant spectaculaire qui était en contrepartie moins présent pour défendre.

Joseph Ujlaki (1958-1963) : attaquant né en Hongrie, a rejoint la France à 19 ans, et devint international au début des années 50 après sa naturalisation. C'est cependant en passant de Nice au Racing en 1958 qu'il a atteint la plénitude de son jeu, caractérisé notamment par une frappe de balle énorme. A notamment marqué 57 buts en D1 sous le maillot ciel et blanc dans ses trois meilleures saisons, de 1959 à 1962.

Roger Marche (1954-1962) : arrière solide et intraitable, longtemps recordman des sélections en équipe de France, est arrivé de Reims en 1954, et a fini sa carrière de joueur au Racing. Avait la particularité d'habiter et de s'entraîner seul dans son village natal de Mohon dans les Ardennes, et de ne rejoindre l'équipe que pour les matches !

Ernst Happel (1954-1956) : arrière international autrichien arrivé juste après avoir terminé troisième de la coupe du monde 1954 avec sa sélection. Il est resté deux saisons, avant de retourner au Rapid de Vienne, le club de son coeur. Après sa retraite de joueur, il a connu une carrière d'entraîneur prestigieuse, avec des titres de champion dans plusieurs pays, et deux victoires en coupe d'europe (à la tête de Feyenoord en 1970, et de Hambourg en 1983). Il a aussi amené les Pays-Bas en finale de la coupe du monde 1978. Après son décès, les autrichiens ont donné son nom à leur plus grand stade (ex-Prater de Vienne).

Henri Arnaudeau (1951-1953 puis 1954-1955) : arrière ou attaquant technique (et international) arrivé en 1951 du Stade Français, après avoir évolué plus près de quinze ans aux Girondins. Après sa retraite de joueur en 1954, il a enchaîné sur une carrière d'entraîneur, et pris en main les amateurs du Racing.

[retour haut de page]

Années 60

(première mise à jour du 01/06/06 - les années indiquées entre parenthèses représentent uniquement la période où les joueurs portaient le maillot de l'équipe A)

François Heutte (1959-1964 puis 1969-1972) : attaquant international élégant et percutant, il est arrivé chez les ciels et blancs en 1959 en provenance de Lille, puis est parti à St-Etienne après le titre manqué en 1962. Après être passé à Reims et de nouveau à Lille, il est plus tard revenu finir sa carrière à Colombes dans le RCF amateur à partir de 1969. Il a alors terminé deux fois meilleur buteur de l'équipe, qu'il a aidée à remonter en D3 en 1970.

[retour haut de page]

Années 70

(première mise à jour du 01/06/06 - les années indiquées entre parenthèses représentent uniquement la période où les joueurs portaient le maillot de l'équipe A)

Claude Buzier (1969-1981) : défenseur du club pendant plus de 10 ans, il est plus tard devenu président du Racing, de 1995 à 1999.

[retour haut de page]

retour haut de page